Jour 16

Compatissant

L’Eternel, Dieu plein de compassion.

Exode  34.6

Mon Seigneur, mon Dieu, mon Ami, mon Frère. Dieu infini.

Tout ce que tu es est infini, et puisque tu es compatissant, alors ta compassion est infinie. Sans limite, sans borne, sans taille à mesurer. Tu es infiniment compatissant.

Bonté incarnée qui s’abaisse et prends soin des plus démunis. Tu connais parfaitement ce sentiment qu’il m’arrive de ressentir imparfaitement pour mes proches ou mes enfants lorsqu’ils souffrent. Ces moments - rares - où je me dis que j’aimerais souffrir à leur place. Ces moments-là, toi, tu les ressens, tout le temps.

Tu es compatissant. 

 

Merci pour cette qualité de tendresse et cette émotion que tu ressens pour les plus faibles, les plus endettés, les plus exploités. Pour moi. Pour moi quand je suis au plus bas. Pour moi quand j’aimerais qu’on ne me voit pas.

Tu me vois, et tu compatis. En silence, parfois… mais tu es là. 

Dieu de toute compassion. Dieu de toute miséricorde. 

 

Ton amour infini sait prendre la coloration du soutien et de la compréhension. Tu nous consoles, Dieu Consolateur. Tu souffres avec nous.

 

Dieu Compatissant. Vraiment. Réellement. 

khadeeja-yasser-FHT0KEOwtyg-unsplash.jpg

Ta compassion n’est pas uniquement sentiment de pitié ou de commisération ; elle est aussi engagement. Là où notre pitié s’arrêterait aux sentiments, ta compassion se mue en action pour amener un changement. Engagement décidé à nous sortir du gouffre, ta compassion est une mise en action volontaire pour nous relever.

Ta compassion se mue en action pour amener un changement.

 

Emu de compassion, tu l’as été souvent. Saisi dans tes tripes de cette émotion qui t’a fait penser : « j’aimerais tellement porter ça avec vous, à votre place ». Et tu n’as pas fait qu’y penser, tu l’as fait en vérité. 

 

Compassion infinie incarnée en un homme. Compassion d’éternité incarnée en une Vie. 

Compassion absolue, tu portes nos péchés, Jésus.

Tu n’as pas uniquement souffert avec nous. Tu as souffert pour nous.

Parce que tu voulais nous relever, agir en notre faveur, nous sortir du gouffre dans lequel on était tombé.

Tu viens dans notre gouffre, tu nous en retires, et tu y restes, toi, à notre place.

Enseveli, tu compatis. 

Ressuscité, tu nous rends la vie.

Enseveli, tu compatis. 

Ressuscité, tu nous rends la vie.

Merci mon Dieu, merci mille fois. 

Merci pour qui tu es de toute éternité, Merveille de Compassion et d’amitié. 

 

 Psaumes 73.25-26, 103.8 ; 2 Corinthiens 1.3 ; Hébreux 4.15 

logout-2_edited.png

J'abandonne

Bien souvent, Seigneur, je crois faux.

Je crois mal.

 

Spécialement lorsque je souffre. Dans ces moments où ce que je vis ne correspond pas à ce que je sais de toi, il m’arrive de croire que tu m’as abandonné, que tu n’es plus là, avec moi.

J’arrête de croire ça, Seigneur. 

J’arrête de croire que tu cesses d’être à mes côtés quand la pente devient escarpée.

 

Si tu es resté sur la croix, alors tu resteras avec moi, même au plus dur du combat.

nonstop.png

Je suis renouvelé

Esprit de Compassion, viens sceller mon coeur de cette assurance que tu es là, que ma souffrance, tu la vois.

 

Tu compatis à mes faiblesses, tu me relèves, tu me redresses. 

logout_edited.png

Je me revêts

Imprègne en moi cet élan et ce coeur qui sont les tiens.

 

Je veux revêtir l’habit que tu m’as préparé pour que je te ressemble le plus possible.

 

Rends-moi compatissant pour ce monde, dans ce monde. 

Fais-nous ressembler à toi, de telle sorte qu’on dise de nous : ils ressemblent à leur Père, c’est fou ! 

Le témoignage du jour

Partage cette méditation à tes amis !

WhatsApp.png