Jour 17

culte

Je vous encourage donc, frères et sœurs, par les compassions de Dieu, à offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. Ce sera de votre part un culte raisonnable.

Romains 12.1

S’il y a bien une dimension de la vie de l’église qui ne nécessite pas beaucoup d’explications, c’est certainement le culte ! Parce que souvent, le culte, on sait ce que c’est ! C’est le dimanche matin, il y a un moment de chant, un message plus ou moins long selon l’orateur, parfois un temps de Sainte-Cène et quelques annonces... 

Mais ça c’est le « quoi »... Et souvent, lorsque l’on parle du culte, c’est davantage le « comment » qui importe...

Non pas que le « quoi » (le contenu) du culte ne soit pas important. Mais souvent, lorsque je concentre mon attention sur le « quoi », je le fais au détriment du « comment ». Et du coup ça tourne autour de moi, de ce que j’aime ou n’aime pas dans le programme qui m’est proposé. 


Mais le culte, c’est avant tout un cadeau. Un cadeau que l’on offre à celui qui nous propose de le vivre ! Mais lorsque je focalise mon attention sur le « quoi », c’est comme si je m’offrais un cadeau à moi-même...
 

Le culte, c’est un cadeau que l’on offre à celui qui nous propose de le vivre !

C’est pourquoi, puisque nous recevons un royaume inébranlable, attachons-nous à la grâce qui nous permet de rendre à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec respect et avec piété.

Hébreux 12.28

Nous baignons dans l’âge de la consommation et cet état d’esprit consumériste nous détourne bien souvent du projet que Dieu a pour son Église.

Le culte, c’est bien plus qu’un supermarché dans lequel je pousse mon caddie à la recherche des produits qui me feront du bien durant la semaine. Le culte, je ne le consomme pas, je l’offre !

Et venir à Dieu les mains vides, c’est ignorer qu’il nous a bénis. C’est fermer les yeux sur sa grâce. C’est incompatible avec l’adoration.

Le culte, je ne le consomme pas, je l’offre !

On ne paraîtra pas devant l’Éternel les mains vides.

Deutéronome 16.16

La question que je dois me poser est la suivante : lorsque je vais au culte, est-ce que je vais offrir quelque chose ou est-ce que je m’attends à recevoir quelque chose ?

Un culte agréable à Dieu, c’est plus que ma présence. Dieu mérite plus que ma présence, il mérite l’offrande de mon cœur. Chaque fois que je prends le temps de « compter les bienfaits de Dieu » avant de venir au culte, ça lui donne plus de sens, plus de poids, plus de joie.

Un culte agréable à Dieu, c’est plus que ma présence.

 

Offrir un culte, c’est engageant, c’est exigeant. Mais ça fortifie non seulement mon lien avec Dieu, mais aussi l’unité avec les autres membres de l’église locale. Lorsque je refuse de consommer mais que j’engage à participer, à venir les mains remplies de louanges, de services et d’authenticité, je construis l’Église, le corps de Christ ! Je rends concret et visible la mission qui nous est confiée par Dieu, je donne vie à ma foi !

Romains 12.1 ; Hébreux 12.28 ; Deutéronome 16.16

logout-2.png

J'abandonne

J’abandonne cet état d’esprit consumériste dans lequel nous baignons.

 

Je le refuse.

 

J’abandonne le jugement, je délaisse le
« quoi » pour me concentrer sur le « comment ».

nonstop.png

Je suis renouvelé

Je suis renouvelé par le projet bienveillant de Dieu pour son Église.

Je prends le temps de « compter les bienfaits de Dieu » afin de venir devant lui les mains remplies d’adoration.

 

Je laisse parler mon cœur pour lui offrir le culte qui lui est dû !

logout.png

Je me revêts

Je me revêts d’authenticité, d’amour et de vérité pour vivre mes prochains cultes.

 

Je me revêts du projet de Dieu pour son Église, plutôt que ce que j’ai toujours fait ou pensé...

Le témoignage du jour

Le sondage du jour

Partage cette méditation à tes amis !

WhatsApp.png