Jour 21

des fruits et
des dons

On reconnaît un arbre à ses fruits.

Jésus, en Matthieu 12.33

 

Or, le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la fidélité, la douceur, la maîtrise de soi.

Paul en Galates 5.22

Voilà ce que l’Eglise devrait sentir. Voilà les fruits de la présence de Dieu dans une vie, dans un couple, dans une famille ou dans une communauté. 
C’est pour vivre dans cette atmosphère-là que notre coeur a été créé. C’est ce qu’il cherche. C’est aussi ce à quoi l’Eglise est appelée à vivre. Voilà le parfum qu’elle est sensée dégager. 


Le parfum de l’amour. L’élan de la joie. La caresse de la paix. La paix de la patience. La patience de la bonté. La bonté de la bienveillance. La bienveillance de la fidélité. La fidélité de la douceur. La douceur de la maîtrise de soi. 
Ça se conjugue, tout ça. Ça s’entremêle. 

Je crois que cette culture-là, cette ambiance-là, est l’écrin dans lequel Dieu désire apporter les dons surnaturels de sa présence. 

Dieu désire nous donner les fruits de sa présence. C’est déjà un cadeau immense. Mais il désire encore nous donner les dons de sa présence. Et je crois que les fruits de l’Esprit forment l’écrin dans lequel Dieu se réjouit de déposer les dons surnaturels dont il désire parer son église.
 

Les fruits de l’Esprit forment l’écrin dans lequel Dieu se réjouit de déposer les dons surnaturels dont il désire parer son église.

Imagine, dans une même église, deux clans qui ne s’entendent pas, pour une raison ou pour une autre. Et imagine que, toujours dans cette église, lors d’un culte, on prie pour la guérison de plusieurs personnes. Et qu’une personne d’un clan est guérie, et une autre personne, de l’autre camp, ne l’est pas. Est-ce que cette guérison surnaturelle va apporter uniquement la joie ? l’amour ? la bienveillance ? Réponse : non.

 

Pas besoin de te faire un dessin pour comprendre que, rapidement, ce don surnaturel donné à l’église creusera le fossé déjà présent entre ces deux équipes. Un fossé de jalousie, de mépris, d’orgueil, de supériorité et d’infériorité. Tout sauf de l’amour, quoi. Tout sauf ce qui ressemble à Dieu.

Maintenant imagine le même don surnaturelle, la même guérison, dans une église où il n’y a pas de division, dans une église qui porte les fruits de la présence de l’Esprit de Dieu. Que va-t-il en résulter ? Plus de joie. Plus d’amour. Plus de foi.

 

Si les fruits de l’Esprit ne sont pas présents, les dons surnaturels de Dieu risquent d’apporter la division. Si les fruits de l’Esprit sont présents de manière communautaire, les dons surnaturels vont apporter la foi, la joie, la croissance et l’envie de Dieu.

 

Sauve-nous, Jésus. Sauve-nous de notre incapacité à vivre une culture d’église qui te glorifie, et dans laquelle tu peux te glorifier.

 

Vivre une culture d’église où les fruits de l’Esprit sont présent, c’est non seulement une manière de glorifier Dieu, mais encore une porte d’entrée par laquelle Dieu peut se glorifier.

Vivre une culture d’église où les fruits de l’Esprit sont présent,
c’est non seulement une manière de glorifier Dieu,
mais encore une porte d’entrée par laquelle Dieu peut se glorifier.

L’Eglise pour laquelle Jésus a donné sa vie est une communauté douée. Au-delà de ce qu’on pourrait même imaginer. Mais Dieu va se régaler de donner ses dons surnaturels dans une atmosphère qui porte déjà les fruits de sa présence. De telle sorte que ces dons-là fasse grandir la communauté qui les reçoit et qui les vit.

 

Les dons de l’Esprit font grandir une communauté en Dieu quand cette communauté portent déjà les fruits de sa présence.

Oh, heureusement, Dieu nous fait souvent le cadeau de ses dons alors même que nous ne portons pas tous ses fruits. C’est vrai. Parce que c’est un Dieu de grâce, et non un Dieu de mérite.

Mais je ne peux m’empêcher de penser que, si l’Eglise occidentale vivait davantage les fruits communautaires de sa présence, Dieu nous enrichirait encore plus des dons de son Esprit.

 

Il est somptueux, le projet que Dieu bâtit depuis des siècles, en y incorporant spirituellement tous ceux qui placent leur foi en lui. Il est somptueux, mais il est responsabilisant, aussi. Il me fait me poser la question suivante : Quels fruits j’amène, moi, quand je viens ? De quelle parfum est ma contribution ?

Dieu se royaume quand on lui ressemble, quand on est unis, foyeux, aimants,… C’est à ce moment-là qu’il déversera au mieux ses bénédictions et ses dons.

 

Seigneur … permets-nous de te ressembler, en église, de plus en plus et de mieux en mieux.

Psaume 8, Psaume 139, Job 37.16

logout-2.png

J'abandonne

On reconnaît un arbre à ses fruits, Seigneur. C’est toi qui le dis.

 

Et je reconnais que je ne porte pas toujours tes fruits à toi … Pardonne-moi.

Je laisse sur le bas-côté ce qui ne vient pas de toi, Jésus.

nonstop.png

Je suis renouvelé

Par ton Esprit, Jésus, par ton Esprit-Saint, renouvelle ma personne, mon être, mon coeur, mon âme et ma pensée, pour que mon être, imprégné de toi, porte les fruits de ta présence en moi.

logout.png

Je me revêts

Je me revêts de ton amour, de ta bonté, de ton caractère, de ta fidélité, Seigneur.

 

Je me revêt de toi. Intérieurement.

 

Prends toute la place, et fais-moi vivre à ta ressemblance.

Le témoignage du jour

Le sondage du jour

Partage cette méditation à tes amis !

WhatsApp.png