Jour 9

famille

La mère et les frères de Jésus vinrent le trouver ; mais ils ne purent pas l’approcher à cause de la foule. On lui fit dire : Ta mère et tes frères sont là-dehors et ils voudraient te voir. 
Mais Jésus leur répondit :
Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui font ce qu’elle demande. 
Luc 8.19-21 

 

Une famille ! Donnez-moi une famille ! 
C’est le cri de tous les orphelins de la terre, de tous les déracinés, de tous les divorcés. Un lieu où on se sent nous. Sans fards. Un lieu où les relations ne se méritent pas, mais se vivent. Un lieu où ma place ne se décide pas au mérite. 


Un lieu où je suis. Moi. Accepté. C’est ma famille. 
Pas forcément parfaite, non. Mais c’est ma famille quand même. 

 

L’Eglise comme une famille,… c’est quelque chose que tu connais, j’en suis certain. Tu l’as déjà vécue, cette expérience de rencontrer des frères, à l’autre bout du monde, ou en vacances, durant un camp, une conférence, et avoir l’impression d’être plus proche d’eux que de ta famille organique. L’impression de déjà se connaître. De partager un ADN plus fort que le lien du sang. Une communion alors qu’on ne parle pas la même langue, qu’on ne partage pas la même histoire, ni la même vie, d’ailleurs. Mais le même père, ça oui.  
 

Partager un ADN plus fort que le lien du sang.

L’Eglise comme une famille … c’est aussi, à mon sens, un rappel que les liens familiaux sont des liens particuliers, à protéger, à nourrir. Parce qu’aucune famille n’est parfaite. 


Tu as aussi déjà fait l’expérience, j’en suis sûr, d’avoir une certaine image de telle ou telle famille, que tu croyais presque parfaite, et d’entendre que tout n’est pas si beau, que tout n’est pas si parfaitement lisse. 
Peu de familles, dans la Bible, sont des familles qui font envie… celle de Jacob, en tous les cas pas, ni celle de David. Même entre Jésus et ses frères, la mayonnaise n’a pas pris du premier coup ! 
Dieu est conscient des défis qui existent dans les liens familiaux. La Bible ne les gomme pas. Elle ne les nie pas. 

 

Donc, quand le Nouveau Testament utilise la métaphore de la famille pour parler de l’église, il n’est pas en train de nous asseoir devant un feuilleton américain du style « la petite maison dans la prairie » et de nous dire : faites comme eux ! Non. Quand elle utilise cette métaphore, la Parole de Dieu nous rappelle et nous interpelle sur deux éléments.  

Le premier, c’est que la réalité de ces liens plus forts que nous ! Le lien spirituel entre frères et soeurs dans la foi est un lien indéfectible, qui nous vient de plus haut, qui nous vient du Père qui est dans les cieux. C’est LUI qui fait de nous une famille. Et même si ce n’est pas forcément toujours celle dans laquelle on aurait rêvé être, c’est la notre quand même ! 
Frères et soeurs. Nés d’un même père. Nés d’un même amour. Inclus dans cette famille, non parce qu’on méritait d’en faire partie, mais parce que notre Père a désiré notre naissance. A tous. A chacun. Ce sont mes frères et soeurs, que je le veuille ou non ! 

 

Frères et soeurs. Nés d’un même père. Nés d’un même amour. 

 

Le second, c’est que ces liens familiaux peuvent aussi être compliqués. Un ami avec qui la relation devient très compliquée, ce n’est plus un ami. Un frère ou une soeur avec qui la relation est compliquée reste un frère, ou une soeur. Raison pour laquelle il est important de soigner ces relations.

Jésus savait que nos relations ne seraient pas toujours toutes simples. Il a voulu qu’elles soient réelles quand mêmes. Vivantes quand mêmes.

 

Et, surtout, il a voulu nous donner une famille. Sa famille. Une famille qui porte son nom. Avec un grand frère d’exception.

Une famille qui porte son nom. Avec un grand frère d’exception.

 

Faire partie de la famille de Dieu, être invité à sa table, devenir héritier de son royaume. Quand on y réfléchit, ce sont des cadeaux qui nous donnent le tournis.

 

Seigneur, donne-nous d’être une famille en toi. Imparfaits, c’est vrai. Mais réconciliés. Aimants. Frères et soeurs. Vivants. En toi. Notre Père.

Luc 8.19-21

logout-2.png

J'abandonne

Seigneur, je reconnais que je ne suis pas toujours le frère que j’aurais aimé avoir. Pardonne-moi.

Je reconnais aussi que je préfère quand ce sont mes autres frères qui se lèvent pour le bien de la famille plutôt que moi.

 

Et, alors même qu’ils se lèvent, il m’arrive de les critiquer.

 

Pardon, Seigneur. Pardon d’avoir si peu d’amour pour ta famille. Pour ma famille.

nonstop.png

Je suis renouvelé

En toi, Jésus, je désire recevoir un amour nouveau et vrai pour ma famille spirituelle.

 

Donne-moi une image plus noble et plus belle de la famille que tu es en train de construire, sur toute la surface du globe.

 

Accorde-moi d’être fier de faire partie de cette famille-là.

logout.png

Je me revêts

Merci pour ma famille spirituelle, Jésus.

 

Merci pour mes frères et soeurs. Merci pour nos relations.

 

Merci pour leurs prières. Je désire m’impliquer dans ta famille, Jésus. Et je te remercie de l’honneur que tu me fais d’en faire partie.

Sois particulièrement avec mes frères et soeurs qui souffrent en ce moment.

 

Soutiens-les. Et remplis-moi de ta compassion.

Le témoignage du jour

Le sondage du jour

Partage cette méditation à tes amis !

WhatsApp.png